Ouest France - Sept 2013

Carte postale Casablanca

 

Ouest France L’Entre-temps

René Guitton réécrit son histoire au nom du père

Il est connu pour ses écrits sur les relations entre Orient et Occident, christianisme et islam… L’Entre-temps est un roman inspiré de sa propre histoire.

Propos recueillis par Stéphanie Vernay.

Entretien

L’Entre-temps est un roman qui sonne comme un récit autobiographique. Qu’en est-il exactement ?
Je me suis inspiré de choses très personnelles, c’est vrai. Je suis né au Maroc pendant la guerre, d’une mère italienne prénommée Rose. Mon père est mort quand j’avais 10 ans… Tout cela fait bien partie de moi, mais non, je ne suis pas né dans un camp d’internement, comme l’a cru mon fils aîné en me  lisant ! Je me suis nourri du réel mais j’ai aussi mis beaucoup de fiction dans ce livre. Au-delà des petites histoires, le roman m’a permis d’évoquer librement la grande Histoire, la guerre, les bases américaines, les attentats, l’indépendance…

Et l’exhumation de la dépouille du père du narrateur ?
A la mort de mon père, ma mère avait pris un caveau à deux places dans un cimetière de Casablanca. A sa propre mort, des années après, fallait-il l’inhumer là-bas, avec lui, ou les réunir en France ? C’est une question qui a beaucoup touché les rapatriés d’Algérie, de Tunisie et du Maroc. Mais toutes les familles modernes, dispersées géographiquement, sont désormais concernées.

Qu’est-ce qui s’est joué au cimetière, où commence et finit l’histoire ?
Toute ma relation au père et au pays. Mon regard idéalisé d’enfant sur ce père absent, qui a évolué tandis que je progressai en âge, et la possibilité de renouer avec mes racines. L’Entre-temps est à la fois le roman de l’absence et de la réparation. J’ai commencé à l’écrire en naissant, et il a continué à s’écrire à mon insu. J’y ai mis tout ce qui m’a nourri depuis que je suis gosse.

Cela en fait-il un livre testament ?
Un testament, j’en ai rédigé un à 20 ans, marqué par le décès prématuré de mon père, alors que je n’avais rien ! Je pense qu’il faut laisser nos enfants découvrir ce qu’ils ne savent pas de nous, secrets de famille compris. Sinon, on ne leur prépare que ce que l’on veut qu’ils voient de nous…