Maison de Rimbaud à Roche, rachetée en 2018 par Patti Smith. (Photos JP Houncheringer)

L’altérité, otage de nos peurs

Article paru dans le journal La Croix du 28 septembre 2010, et cité dans la revue de presse de France Inter,  le matin du  même jour.

 A entendre certaines déclarations politiques ces derniers mois, l’on ne peut s’empêcher d’être saisi par un sentiment de malaise. Tout se passe comme si l’Europe, et plus précisément la France, était ravagée par l’invasion de hordes prétendument barbares ou s’efforçait de préserver tant bien que mal les ultimes vestiges de sa civilisation, menacés par de délétères influences étrangères, destructrices de notre identité. Comme si ce mot pouvait, pour nous, héritiers de Rome, d’Athènes et de Jérusalem, s’écrire uniquement au singulier.

Selon l’imaginaire populaire, encouragé par le discours des hautes sphères, ce sont des rangées de minarets qui semblent se profiler à l’horizon, menaçant les propres et blanches églises. Ce sont encore des cortèges de Roms délaissant les poulaillers qu’ils affectionnaient jadis, pour se livrer à de nouvelles rapines. Ce sont aussi des banlieues entières aux tours de béton qui constitueraient les fiefs de la grande truanderie et d’un violent fondamentalisme religieux.

Tout un monde de peurs obscures, de haines, et de préjugés immémoriaux resurgit ainsi sous nos yeux. Avec le même lot de faux remèdes, l’on déploie d’impressionnantes unités de police et de gendarmerie pour « restaurer » la loi dans des lieux qui réclament d’abord plus d’humanité. L’on ne brandit plus la seule justice contre les fauteurs, mais on les menace en plus d’une pseudo-mort civile, par la déchéance de leur nationalité. L’on voit même des élus, des gouvernants se livrer à l’estimation de fautes imputables à tel ou tel groupe ethnique et religieux, comme si chacune de ces communautés ainsi mises au pilori était vouée par nature à être l’agent du mal et du désordre.

Camp rom banlieue lyonnaise

Photo: Camp rom dans la banlieue lyonnaise. Bruno Ansellem.

Surtout, l’on ne cesse de mettre en avant la prééminence d’une « identité nationale » qui ne serait pas un corpus de valeurs morales, mais une sorte de grâce immanente réservée à quelques bons individus. C’est cette identité vague qui sous-tend un discours sécuritaire fondé sur des peurs irraisonnées et sur un sentiment de perpétuelle inquiétude, face à une sorte de généralisation fantasmée de la violence et de la transgression des lois.

Ces comportements ont quelque chose de dérisoire et de tragique. Tout se passe comme si, face à la mondialisation des échanges, à l’uniformisation des modes de vie à l’échelle planétaire, à la mixité sociale de plus en plus prononcée et à la remise en cause des croyances et des idéologies traditionnelles, la société cherchait à inventer de nouveaux critères de différenciation. Ces critères voudraient légitimer de facto des situations où l’appartenance ethnique ou religieuse permet de classifier les êtres humains en «bons» et en «mauvais», leur désignant leur place sur l’échelle sociale.

Réaction primaire à la soudaine accélération de l’Histoire ? En quelques décennies, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le monde a plus changé qu’il ne l’a fait de l’Antiquité à la Révolution industrielle. Nos sociétés sont devenues plus urbaines que jamais, amenant la dilution des modes de vie et des croyances spécifiques à tel ou tel milieu. La disparition des freins puissants à la libre circulation des hommes et des biens se sont traduites par de prodigieux flux migratoires du Sud vers le Nord, et à l’intérieur même du Nord développé. Ces flux ont favorisé l’émergence de sociétés multiethniques et multiconfessionnelles devenues la norme, et l’avenir.

L’élévation globale du niveau de vie, et le développement de nouvelles technologies ont transformé notre environnement et notre rapport au monde tout en augmentant le nombre des exclus, incapables, pour différentes raisons, de s’adapter à d’aussi rapides bouleversements, les confinant dans leur misère de la « débrouille » et dans le repli communautariste, parfois défensif et agressif. L’on réinvente alors, comme autant de protections fallacieuses, la peur de l’Autre et la volonté de s’en distinguer à tout prix par différents moyens. Avec en corollaire le retour en force de la xénophobie, du racisme et de l’intolérance vis-à-vis de tout ce qui est différent, donc menaçant. Tout se passe comme si la xénophobie et le rejet de l’Autre étaient le seul langage commun à toutes les aires géographiques et culturelles comme le montrent tant d’événements se produisant de manière simultanée aux quatre coins du monde.

La France ne fait pas exception à la règle, qui voudrait jouer le rôle de laboratoire expérimental de cette nouvelle exploitation contestable de l’altérité et de l’identité.
Face à la politique séduction des menaces que l’on nous brandit, ethniques, culturelles et religieuses, face aux dérives de certains gouvernants, saluons, plutôt que de les blâmer, ceux qui s’élèvent de manière consensuelle dans les ONG et dans les médias pour bâtir un rempart contre le retour des vieilles haines. Ces voix dont la seule religion est la primauté de l’individu sur le groupe, la prééminence de l’humain sur le jeu politique, pourraient constituer une identité assez forte pour enrayer la gangrène des âmes.


René Guitton est éditeur, auteur et expert associé de l’ONU (Global Expert Finder).