Maison de Rimbaud à Roche, rachetée en 2018 par Patti Smith. (Photos JP Houncheringer)

Pour certains de ses livres René Guitton a obtenu les prix suivants:


SI NOUS NOUS TAISONS – Le martyre des moines de Tibhirine (Calmann-Lévy 2001 / Pocket 2009)

  • -Prix Montyon de philosophie et de littérature de l’Académie Française « couronnant un livre qui oeuvre pour l’élévation morale ». (2001)
  • Prix Lyautey de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer "couronnant un livre qui œuvre pour le rapprochement entre les peuples" (2001)
  • Prix Liberté (2001)

CES CHRETIENS QU’ON ASSASSINE (Flammarion 2009)

  • Prix des Droits de l’Homme (2009)

Mention spéciale- ActuaLitté

LogoLe Prix Livre et Droits de l'Homme remis à Antoine Sfeir par la Ville de Nancy

Article paru dans ActuaLitté  vendredi 13 septembre 2013

Le Livre sur la Place, salon littéraire organisé à Nancy, est riche en événements : parmi eux, le Prix Livre et Droits de l'Homme est particulièrement suivi, encore plus au moment de sa 12e édition. Il a été décerné entre les murs de l'Hôtel de Ville à Antoine Sfeir, pour L'Islam contre l'Islam : l'interminable guerre des sunnites et des chiites, publié par les éditions Grasset.

 René Guitton et Antoine Sfeir à l'hôtel de ville de Nancy

René Guitton, Antoine Sfeir, à l'Hôtel de Ville de Nancy

Antoine Sfeir, directeur et fondateur des Cahiers de l'Orient, président du Centre d'Études et de Réflexions sur le Proche-Orient, connaît de toute évidence son sujet. Son ouvrage faisait face à 7 autres titres, et le jury présidé par Jean-Christophe Rufin (président d'honneur) et André Rossinot a jugé bon de remettre une mention spéciale à René Guitton, pour l'ouvrage La France des intégristes (Flammarion).

 Deux ouvrages « complémentaires », d'après le Maire de Nancy, avec Guitton qui rappelle quelques « dangers qui guettent la liberté de conscience, mais aussi qu'il ne faut en aucun cas confondre les religions avec leur caricature ». L'auteur a déjà reçu le Prix en 2009 pour Ces chrétiens qu'on assassine (Flammarion). Il publie cette année le roman L'Entre-temps, chez Calmann-Lévy.

 « Le livre de René Guitton insiste plutôt sur les comportements, celui de Sfeir sur la situation du Moyen-Orient », souligne Jean-Christophe Rufin. Il salue Antoine Sfeir comme un penseur honnête, qui possède la « capacité de porter un regard critique sur ses propres opinions, et de reconnaître quand lui et d'autres ont été aveugles sur une situation ».