• Ces chrétiens qu'on assassine
  • Abraham le messager d'Haran
  • Le Prince de Dieu
  • Je crois moi non plus
  • Lettres à Dieu
  • Si nous nous taisons
  • Variations indigo
  • Sl 7
  • si nous nous taisons 2
  • Icon 9
  • Icon 10
  • Icon 11
  • sl-12
  • sl-13
  • sl-14
  • sl-15
  • sl-16
  • sl-17
  • sl-18
  • sl-19
  • sl-20
  • sl-21
  • sl-22
  • sl-23
  • sl-24
  • sl-25
  • memoires-fauves-vign
  • Dictionnaire amoureux de l'Orient
  • Blessure d'Orient
  • Arthur et Paul width=
  • sl 28
  • sl 29
  • sl 30

Pour certains de ses livres René Guitton a obtenu les prix suivants:


SI NOUS NOUS TAISONS – Le martyre des moines de Tibhirine (Calmann-Lévy 2001 / Pocket 2009)

  • Prix Montyon de philosophie et de littérature de l’Académie Française « couronnant un livre qui oeuvre pour l’élévation morale ». (2001)
  • Prix Lyautey de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer "couronnant un livre qui œuvre pour le rapprochement entre les peuples" (2001)
  • Prix Liberté (2001)

CES CHRETIENS QU’ON ASSASSINE (Flammarion 2009)

  • Prix des Droits de l’Homme (2009)

En quête de vérité

Couverture

Aux éditions Calmann-Lévy -Paru le  16 mars

Le martyre des moines de Tibhirine .

« EN QUÊTE DE VÉRITÉ » ÉLÉMENTS NOUVEAUX LES PRINCIPALES RÉVÉLATIONS de « EN QUÊTE DE VÉRITÉ »

  • Révélation des noms du prétendu informateur algérien du général Buchwalter (qui n’avait pas voulu le dévoiler au juge Trévidic), ainsi que celui du pilote de l’hélicoptère.
  • Preuves à l’appui, démonstration est faite ici de ce que la théorie de la « bavure » dans la mort des moines, à partir d’un hélicoptère, est fausse.
  • De larges extraits de la Commission rogatoire du Juge Jean-Louis Bruguière, sont révélés pour la toute première fois.
  • Analyse des photos des sept têtes des moines par des médecins légistes, et leur hypothèse.

CE QUI EST NOUVEAU, ÉGALEMENT et NOTAMMENT

  • Les djihadistes avaient infiltré les services secrets militaires algériens, et ce jusqu’au grade de capitaine.
  • Les familles des personnes disparues durant les années de plomb, souhaitent vivement que soit élucidée l’affaire de Tibhirine. Elles y voient l’espoir de briser le mystère et le silence sur la disparitions ou la mort des leurs.
  • Démenti formel des allégations parues dans certains livres, prétendant que les moines jouaient un rôle d’informateur des services secrets français, ou des services secrets algériens.

QUESTIONS ABORDÉES AUXQUELLES IL EST APPORTE RÉPONSE :

  • Pourquoi l’État Français n’avait-il jamais entrepris d’action judiciaire envers l’État algérien?
  • Pourquoi a-t-il fallu attendre sept longues années (1996-2003) pour qu’une seule famille de moine, celle de Christophe Lebreton, se constitue partie civile, inspirée en cela par l’abbé Armand Veilleux ? La seule action étant alors d’ordre privé.
  • Pourquoi le silence des six autres familles ? Ont-elles subi des pressions, et si oui, de qui?
  • Pourquoi l’Ordre cistercien ne s’est-il pas constitué pour lancer une action?
  • Quelle a été l’attitude du Vatican ?
  • Pourquoi a-t-il fallu attendre dix ans (1996-2006) pour qu’enfin un juge français Jean-Louis Bruguière diligente une commission rogatoire en Algérie ?
  • Pourquoi a-t-il fallu attendre douze ans pour que la classification « Secret Défense » soit partiellement levée sur les documents relatifs à l’affaire?
  • Pourquoi cette levée n’a-t-elle visé que 105 des 109 documents, qui ne révèlent rien?
  • Pourquoi, durant les années de plomb, parmi les dizaines de milliers de morts, algériens et européens, aucune victime américaine laïque ou religieuse, n’a-t-elle été dénombrée, et ce malgré les activités déjà prosélytes de groupes évangéliques?
  • La « Plateforme de Rome », organisée en janvier 1995 par la communauté Sant’Egidio, réunissant les leaders de l’opposition algérienne, a-t-elle eu l’effet d’une provocation, et a-t-elle pu influencer les organisateurs de l’enlèvement?
  • Pourquoi une procédure appelée communément « en béatification », qui devait ne concerner que les sept moines de Tibhirine, a-t-elle été élargie à douze autres religieux chrétiens, tués en Algérie durant les années de plomb? Cette procédure, certes interne à l’Église catholique, fournit de précieux renseignements sur l’affaire, et sur certains de ses aspects.
  • Les rapports exécrables entre services secrets français, et entre hommes politiques ont-ils contribué à l’échec?
  • Les moines ont-ils été exécutés ?
  • Où sont les corps, et peut-on les retrouver ?
  • Que penser de la réponse du Président Abdelaziz Bouteflika faite en 2004 à un journaliste de France 2 qui l’interrogeait sur le drame de Tibhirine? « Toute vérité n’est pas bonne à dire ».
  • Pourquoi le silence, en Algérie et en France?

Émission "L'heure du crime" du mardi 29 mai 2012, de 14h à 15h.