• Ces chrétiens qu'on assassine
  • Abraham le messager d'Haran
  • Le Prince de Dieu
  • Je crois moi non plus
  • Lettres à Dieu
  • Si nous nous taisons
  • Variations indigo
  • Sl 7
  • si nous nous taisons 2
  • Icon 9
  • Icon 10
  • Icon 11
  • sl-12
  • sl-13
  • sl-14
  • sl-15
  • sl-16
  • sl-17
  • sl-18
  • sl-19
  • sl-20
  • sl-21
  • sl-22
  • sl-23
  • sl-24
  • sl-25
  • memoires-fauves-vign
  • Dictionnaire amoureux de l'Orient
  • Blessure d'Orient
  • Arthur et Paul width=
  • sl 28
  • sl 29
  • sl 30

Pour certains de ses livres René Guitton a obtenu les prix suivants:


SI NOUS NOUS TAISONS – Le martyre des moines de Tibhirine (Calmann-Lévy 2001 / Pocket 2009)

  • Prix Montyon de philosophie et de littérature de l’Académie Française « couronnant un livre qui oeuvre pour l’élévation morale ». (2001)
  • Prix Lyautey de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer "couronnant un livre qui œuvre pour le rapprochement entre les peuples" (2001)
  • Prix Liberté (2001)

CES CHRETIENS QU’ON ASSASSINE (Flammarion 2009)

  • Prix des Droits de l’Homme (2009)

Abraham le messager d'Harân

Index de l'article

Couverture

Chez Flammarion

Parution mars 2008

Une fresque épique où souffle l’immensité d’Abraham

René Guitton écrit ici une œuvre où l’imaginaire s’inspire des traditions et des légendes.

Couverture 4ème de couverture Document éditeur

 Roman historique – 348 pages

René Guitton écrit ici une œuvre où l’imaginaire s’inspire des traditions et des légendes.

Couverture

"Mon père m’a engendré avec l’une de ces quatre cents femmes, quatre cents favorites ou peut-être davantage qui vivaient dans son sérail. On ne les comptait plus. Lui comme moi n’avons jamais su quelle génitrice m’avait mis au monde. Toutes et aucune. Quelle importance ! Les enfants naissaient dans un enchevêtrement d’épouses dévouées à leur mari unique et qui les honorait toutes. Les nourrissons passaient de mère en mère assouvissant les frustrations des mal-aimées. Les filles disparaissaient noyées, disait-on, avant d’avoir ouvert les yeux, quand les fils découvraient la volupté charnelle du lait et des mamelles. Mi dieu mi-homme, mon père imposait ses guerres, ses idées, son histoire et chacun devait y croire. En monarque cruel il poursuivait ceux qui osaient lever la tête et qui fuyaient comme des chevaux en hordes égarées devant le désastre, pour ne laisser d’eux que des fragments de corps sur des champs de batailles."

Comment Dieu fera-t-il d'Abraham son élu ?

 Ecoutez l'interview effectuée sur France Info dans l'émission de Philippe Vallet du samedi 22 mars 2008 :