Maison de Rimbaud à Roche, rachetée en 2018 par Patti Smith. (Photos JP Houncheringer)

Abraham

La figure d’Abraham est fondatrice des trois monothéismes. Mythe selon certains, historique selon d’autres, Abraham représente, incontestablement, le plus fort symbole unificateur des trois religions au seul Dieu Créateur.

Dans le judaïsme, Abraham triomphe des dix épreuves que Dieu lui a imposées. Par lui, puis par Isaac et Jacob, le peuple juif a scellé l’Alliance avec Yahvé qui lui promet une terre et une descendance innombrable.
L’actualité du patriarche s’exprime largement aujourd’hui, à travers de multiples témoignages de pérennité de cette Alliance. La circoncision, par exemple, ou les prières, celles du Nouvel an juif de Roch Hachana, en particulier, auxquelles je me mêlerai deux ans plus tard dans la Grande Synagogue de Jérusalem. Elles invoquent le Dieu d’Abraham, perpétuant ainsi son rôle fondateur.

Le christianisme reconnaît également Abraham comme l’un des premiers patriarches. Ainsi en témoignent, notamment, Saint Paul, dans son Epître aux Romains, et Saint Luc dans son Evangile. Il incarne, chez les chrétiens, les vertus de foi, d’espérance et de charité. Il symbolise aussi ce que l’iconographie byzantine a appelé « la philoxénie », l’amour manifesté à l’autre, à l’étranger de passage. Cette pratique de l’hospitalité est matérialisée dans l’épisode de Mambré (Hébron), où Abraham reçoit les trois mystérieux voyageurs, sorte de trinité « à qui » il sert un véritable festin, comme en signe annonciateur de la Cène. Aux Chênes de Mambré je prendrai conscience de ce puissant symbole d’unicité : la rencontre avec le sacré, comme si, face à ces trois visiteurs, Abraham se savait en présence du Seigneur, Lui-même.

Le Coran, qui rapporte la parole divine par Mahomet, descendant d’Ismaël, et donc d’Abraham (Ibrahim en arabe), présente le patriarche comme l’un des prophètes de l’islam. Il lui est attribué, ainsi qu’à son fils Ismaël, l’élévation de la Kaâba à la Mecque, qu’il a dès lors érigé en thème central de la foi islamique. Ces lieux saints voient converger chaque année des millions de pèlerins fidèles à son message. Je m’y prosternerai au cours du pèlerinage du Hadj, dans la Grande Mosquée du Haram à la Mecque, sans différence entre riches et pauvres,, invoquant le patriarche, son fils Ismaël et Hagar, la mère de ce dernier. Abraham, dit le Coran, n’était ni juif, ni chrétien, mais le premier vrai croyant, "soumis" à Dieu.

Extrait : Le Prince de Dieu – René Guitton (Flammarion 2006)

A travers le monde, de nombreuses associations se sont fixées pour objet la défense de l’idée abrahamique, d’unicité et de paix, inscrivant ce prophète en figure emblématique et symbolique de leur mission.

Parmi ces nombreuses associations, nous citerons ici:

  • "Fraternité d’Abraham", association internationale fondée depuis plus de 40 ans (1967) à partir de la France : www.fraternite-dabraham.com
  • Abraham Path Initiative, "Le chemin d’Abraham" association internationale sponsorisée par l’Université américaine de Harvard : www.abrahampath.org

René Guitton est membre du Conseil de ces deux associations.

L'ouverture du Chemin

Progrès de l’Initiative Sur le Chemin d’Abraham

Progrès en 2005

L’année passée, l’équipe de l’Initiative Sur le Chemin d’Abraham a surtout investi de l’énergie et du temps dans le développement d’une vision et dans la mise en place de précieuses relations. Les premières étapes du projet ont déjà permis de rassembler des intellectuels, des leaders religieux et d’autres personnes pour travailler sur une vision et une stratégie commune. En plus de nombreuses réunions, des groupes importants d’intellectuels et de dirigeants religieux venant de Turquie, de Syrie, du Pakistan, du Brésil et des Etats Unis se sont retrouvés en Octobre 2005 à Harran en Turquie pour discuter du Chemin d’Abraham et pour le planifier. Le but de cette réunion fut de forger des relations et d’arriver à des arrangements pratiques concernant le Chemin. Des comités d’accueil ont été créés en Syrie et en Turquie. D’autres sont en cours de création en Jordanie, au Liban, en Israël, et dans les territoires palestiniens. Ces comités rassemblent des individus et des organisations qui travaillent ensemble dans ces pays avec le soutien de notre bureau de coordination se trouvant à l’université d’Harvard.

L’Initiative Sur le Chemin d’Abraham a créé un réseau de partenaires comprenant des centres universitaires, des institutions religieuses et des organisations environnementales au Moyen Orient et ailleurs, et ce réseau se développe. Par exemple, un groupe formé d’intellectuels, de leaders religieux et d’autres personnes sont allés ensemble à Harran pour prier pour la réalisation du Chemin durant la Nuit Coranique de la Révélation (voir la Nuit de la Prière pour plus d’information). Plusieurs centaines d’autres personnes nous ont rejoint – des offices religieux ont été organisé pour le soutien du Chemin d’Abraham dans au moins 33 différents endroits des Philippines au Pakistan en passant par Israël et la Syrie, et de la Suisse à l’Amérique du Sud en passant par les États Unis et le Brésil.

Les projets pour 2006 et au-delà

En 2006, l’Initiative Sur le Chemin d’Abraham prévoit de tenir des réunions en Jordanie, Israël, et Palestine afin de mettre en place de nouveaux partenariats et continuer à développer l’itinéraire. L’Initiative prévoit également de publier un livre blanc, de créer un DVD à des fins promotionnelles, de tracer le Chemin en compagnie d’une équipe sur le terrain, de traduire et de développer son site internet. L’Initiative conduira une recherche, à l’échelle internationale, d’un directeur général pour un poste à plein temps.

Un des objectifs le plus significatif et intéressant de l’Initiative Sur le Chemin d’Abraham, est la campagne d’éducation et de sensibilisation centrée autour du respect et de la compréhension des différentes religions. Des Chemins d’Abraham seront créer dans des communautés locales à travers le monde – certains d’entre eux ont déjà été créé – reliant des églises à des mosquées et à des synagogues et à d’autres lieux de culte. Des équipes « Omni locales » composées de différentes religions et cultures sont en charge des ces efforts (voir Les Initiatives Locales à travers le Monde pour plus d’information). Des moyens ont déjà été mis en place pour l’étude et l’engagement communautaire. Offices religieux partagés, célébrations, et dialogues éducatifs attireront des gens sur la base de ce qu’ils ont en commun.

Une étude du tracé du Chemin (environ 1100 kilomètres) doit commencer en Avril 2006 et se terminer en décembre 2006. L’étude utilisera les techniques GPS et GIS et sera mise en place par des équipes locales dans chaque pays et coordonnée par un guide professionnel basé au Royaume Uni.

A l’automne 2006, l’Initiative organisera un séjour de 11 jours pour une délégation d’intellectuels et de leaders qui parcourra le Chemin d’Abraham. Ce séjour sera sponsorisé par le Projet de Négociation Global d’Harvard. La délégation rencontrera et discutera avec des dirigeants, des officiels du gouvernement et des leaders religieux tout au long du Chemin, afin d’écouter d’éventuelles suggestions et de renforcer le soutien pour l’Initiative.

En 2007, l’ Initiative Sur le Chemin d’Abraham prévoit de développer son site Internet afin de créer une communauté virtuelle qui puisse connecter les pèlerins et les communautés entre eux. L’Initiative organisera également la première marche sur le Chemin d’Abraham qui rassemblera des jeunes originaires de la région et de l’ensemble du monde et qui seront ainsi les premiers à faire la marche. Ainsi à chacune de ces étapes, le Chemin prend forme.