Abraham

La figure d’Abraham est fondatrice des trois monothéismes. Mythe selon certains, historique selon d’autres, Abraham représente, incontestablement, le plus fort symbole unificateur des trois religions au seul Dieu Créateur.

Dans le judaïsme, Abraham triomphe des dix épreuves que Dieu lui a imposées. Par lui, puis par Isaac et Jacob, le peuple juif a scellé l’Alliance avec Yahvé qui lui promet une terre et une descendance innombrable.
L’actualité du patriarche s’exprime largement aujourd’hui, à travers de multiples témoignages de pérennité de cette Alliance. La circoncision, par exemple, ou les prières, celles du Nouvel an juif de Roch Hachana, en particulier, auxquelles je me mêlerai deux ans plus tard dans la Grande Synagogue de Jérusalem. Elles invoquent le Dieu d’Abraham, perpétuant ainsi son rôle fondateur.

Le christianisme reconnaît également Abraham comme l’un des premiers patriarches. Ainsi en témoignent, notamment, Saint Paul, dans son Epître aux Romains, et Saint Luc dans son Evangile. Il incarne, chez les chrétiens, les vertus de foi, d’espérance et de charité. Il symbolise aussi ce que l’iconographie byzantine a appelé « la philoxénie », l’amour manifesté à l’autre, à l’étranger de passage. Cette pratique de l’hospitalité est matérialisée dans l’épisode de Mambré (Hébron), où Abraham reçoit les trois mystérieux voyageurs, sorte de trinité « à qui » il sert un véritable festin, comme en signe annonciateur de la Cène. Aux Chênes de Mambré je prendrai conscience de ce puissant symbole d’unicité : la rencontre avec le sacré, comme si, face à ces trois visiteurs, Abraham se savait en présence du Seigneur, Lui-même.

Le Coran, qui rapporte la parole divine par Mahomet, descendant d’Ismaël, et donc d’Abraham (Ibrahim en arabe), présente le patriarche comme l’un des prophètes de l’islam. Il lui est attribué, ainsi qu’à son fils Ismaël, l’élévation de la Kaâba à la Mecque, qu’il a dès lors érigé en thème central de la foi islamique. Ces lieux saints voient converger chaque année des millions de pèlerins fidèles à son message. Je m’y prosternerai au cours du pèlerinage du Hadj, dans la Grande Mosquée du Haram à la Mecque, sans différence entre riches et pauvres,, invoquant le patriarche, son fils Ismaël et Hagar, la mère de ce dernier. Abraham, dit le Coran, n’était ni juif, ni chrétien, mais le premier vrai croyant, "soumis" à Dieu.

Extrait : Le Prince de Dieu – René Guitton (Flammarion 2006)

A travers le monde, de nombreuses associations se sont fixées pour objet la défense de l’idée abrahamique, d’unicité et de paix, inscrivant ce prophète en figure emblématique et symbolique de leur mission.

Parmi ces nombreuses associations, nous citerons ici:

  • "Fraternité d’Abraham", association internationale fondée depuis plus de 40 ans (1967) à partir de la France : www.fraternite-dabraham.com
  • Abraham Path Initiative, "Le chemin d’Abraham" association internationale sponsorisée par l’Université américaine de Harvard : www.abrahampath.org

René Guitton est membre du Conseil de ces deux associations.

Nuit de la prière

30 octobre 2005 : Nous, musulmans, chrétiens et juifs, enfants d’Abraham du monde entier, croyants d’autres religions, vous remercions pour vos prières communes pour l’ouverture de l’itinéraire de pèlerinage au Moyen-Orient dans les traces de notre père commun Abraham.

Un petit groupe s’est rassemblé à la fin Octobre à Harran en Turquie à l’endroit ou D. a parlé à Abraham et lui a dit « d’aller de l’avant. » D’autres se sont rassemblés à l’endroit où le Prophète Abraham est enterré à Al Khalil/Hébron. D’autres encore se sont rassemblés en Israël et en Syrie. Des centaines d’amis du Pakistan au Brésil, d’Inde en Europe et d’Afrique en Amérique du Nord se sont joints à nos prières.

Carte des différents lieux de prière à travers le monde.

Notre nuit de prière à Harran s’est déroulée au coucher du soleil le 30 Octobre jusqu’au levée du soleil le 31. Au levée du soleil, nous avons marché en silence et prié durant les premiers mètres du Chemin d’Abraham de l’arc des ruines anciennes d’Harran à la porte al-Qadr Rakka.

En octobre les juifs célèbrent Roch Hachana, Yom Kippur, Souccoth et Simha Thora. Pour les musulmans c’est le Ramadan. Et pour les Chrétiens le dernier week end d’octobre est le Jeune de tous les Saints suivis par la journée de toutes les Ames. La nuit du 30 octobre est la Laylat ul-Qadr, Nuit du Pouvoir ou Nuit du Destin, la nuit de la révélation mystique lorsque le Prophète a reçu le Coran.

Notre rêve et notre engagement durant la décennie à venir est d’aboutir à la création du Chemin d’Abraham, une route de pèlerinage d’Haran à Al Khalil/Hébron. Le but du Chemin est, en deux mots, d’inciter au respect tel qu’Abraham en a fait preuve durant sa vie. Nous avons la conviction que beaucoup de choses dans la vie existent en quantité insuffisante mais cela ne devrait pas être le cas du respect. Notre intention de commencer - à endroit qui est l’épicentre de conflits mais aussi le berceau spirituel de la moitié de l’humanité – un petit geste de respect mutuel et de souvenir des nos origines communes. Notre intuition est que les images et les histoires de personnes de toutes croyances marchant côte à côte sur le Chemin d’Abraham inspireront l’imagination de l’humanité offrant de nouvelles possibilités pour un futur commun. La création du Chemin, de plus, pourrait avoir de nombreux avantages économiques, politiques et pour l’environnement pour le Moyen-Orient et pour le monde entier.